Vol Libre Diois
Col de Rousset

Col de Rousset

Col de Rousset

Vue depuis le col naturel du col de Rousset
Vue depuis le col naturel

ATTENTION : ZONE SENSIBLE

Le col de Rousset intègre un programme de réintroduction de Vautours. Ainsi, le vol proche des falaises (constituant des aires de nidification) est déconseillé. Le fait de déranger ces animaux peut tuer les petits dans l’œuf. Il est fortement recommandé de survoler ce site le plus haut possible.

Nous vous remercions d’avoir bien voulu respecter la zone de tranquillité que nous avions définie. Fort de ce succès et compte tenu des évolutions des aires de nidification des vautours, la zone de tranquillité avait été révisée et restreinte au fond du vallon. En novembre 2018, le maire de Chamaloc a exprimé sa volonté de ne plus voir un seul parapentiste dans le ciel de la commune. Après négociations, il apparaît une nouvelle zone sensible : voir la carte ci-dessous.

De plus, ce site est assez technique : atterrissage assez loin et conditions de vol assez difficiles.

L’objectif de cette fiche technique est de vous avertir au mieux des différents problèmes liés à ce site.

Zones sensibles du Col de Rousset
Détail de la zone sensible du Col de Rousset
Zone ultra sensible du Col de Rousset
Col de Rousset, description de la but de Nève et de Sapiau

Zones sensibles de janvier à juin environ

La vue est splendide et vous aurez sûrement la chance de croiser des vautours.

Particularités du site

Orientation : sud à sud ouestAltitude décollage : 1600 m
Dénivelé = 600 mAltitude atterrissage : 600 m

Risques du site

  • Gros problème en cas de vent qui forcit : lié au fait d’être en fond de vallée.
  • Difficultés à estimer la force du vent depuis les décollages.
  • Brises inattendues (jouer sur les faces sud sous les Rochers de Chironne a fait faire de l’acrobatie à plusieurs d’entre nous), il y a la brise qui vient de Die et celle qui vient du nord ouest.
  • Atterrissage loin du décollage (surtout depuis le col naturel) : ne pas essayer de trop gratter, sinon l’atterrissage est difficile à atteindre !
  • Il devient impossible à voler et dangereux à la moindre entrée de vent du nord. Il suffit de prendre la route du col les jours de nord pour comprendre.

Accès atterrissage de Chamaloc

Depuis Die, prendre direction Col de Rousset jusqu’à Chamaloc. Traversez le village. Environ 200 mètres plus loin, le champ se trouve à droite de la route un peu en dessous. Ce dernier n’a pas de manche à air mais le vent viendra de Chamaloc (s’il déboule du Rousset, vous vous êtes trompé de jour : ça ne vole pas ici).

L’atterrissage est en pente (vous devrez poser travers pente, rassurez-vous, le vent quant à lui est bien de face).

Accès décollages du Col de Rousset

Décollage des tables d’orientation

Montez à la station du Rousset, prenez le télésiège. Sinon, randonnez depuis le parking du plateau de Beurre ou depuis la station.

À l’arrivée du télésiège, cap en face (direction le sud), il vous reste quelques minutes à pied pour rejoindre le col situé juste après les tables d’orientation.

Décollage au col naturel du Col de Rousset

Possibilité aussi de décoller depuis le col naturel (à côté du fil électrique). Sentier au-dessus du tunnel. Comptez environ 15 min de marche depuis le tunnel. Attention décollage très mal placé en période sensible vautours (à éviter, donc). Le vol près des falaises du col peut déranger les oiseaux qui recherchent un endroit pour nicher, qui couvent, ou qui élèvent un bébé vautour.

Décollage Chironne

Depuis le tunnel, à pied, randonnée avec une belle montée. Comptez une bonne heure. Prendre le chemin vers la via ferrata, passez sous la Via, et continuer vers les Rochers de Chironne (direction But de L’aiglette).

Accès Chironne
Col de Rousset, accès Chironne
Accès Chironne, par le chemin le plus long
Le décollage de Chironne en hiver

Carte des sites du Diois

Cheminement possible depuis le Col de Rousset

Une fois décollé, hors période sensible des vautours, si vous avez loupé la pompe qui est devant le déco, la solution est de chercher à longer les versants ouest du but Sapiau se situant sur votre gauche pour rejoindre la crête qui sépare la vallée de Chamaloc et celle de Romeyer. Si vous arrivez à vous placer sur cette dernière, vous trouverez très certainement de quoi remonter devant la pointe du But Sapiau. Au pire, celle-ci est une bonne garantie pour rejoindre l’atterrissage sans problème. Évitez de virer à droite après le décollage pour aller fouiner dans le cirque sous le col. Ce lieu est aérologiquement difficile à appréhender.

Si vous avez fait le plein sur le but Sapiau vous pouvez tenter une transition directe vers l’ouest sur le but de l’Aiglette et les versants sud du Vercors. Vous pouvez aussi filer plein nord pour raccrocher les faces ouest de la vallée de St Agnan où vous retrouverez certainement d’autres collègues qui ont un site au-dessus de St Martin. Si vous êtes ambitieux, vous pourrez aussi tenter de rejoindre l’arête sous la dent de Die (face au vent), qui vous dépose sur les versants ouest du Glandasse ou sur les avants reliefs surplombant Die. Dans tous les cas, il vous faudra monter assez haut au-dessus du But Sapiau.

Ce site est intéressant en hiver, on y trouve les premiers thermiques de la saison ou les jours sans brise. L’aérologie locale y est particulièrement tordue et franchement baston les chaudes journées d’été.

Si vous n’êtes pas un crosseur, évitez de voler sur ce site. Il n’est pas facile à comprendre. Faites-vous accompagner par des experts ou prenez de grosses marges.

Attention : vol réalisé avant l’apparition de la nouvelle Zone de Sensibilité Majeure au niveau du Glandasse.